Les Madames Qui Chantent – Everything But The Girl, Walking Wounded

J’inaugure enfin cette section de JeGeek! avec un choix très personnel de Madame qui chante. C’est pour moi une oeuvre d’anthologie, car le sujet de cette chanson est exactement ce que j’ai – ce que nous tous certainement – avons vécu suite à une immense déception amoureuse ou sentimentale, une blessure qui a pris beaucoup de temps à se refermer.

Nous étions Walking Wounded, marchant en étant blessé, car notre société ne nous laisse pas le choix (marche ou crève). Et que de toutes façons il en est finalement bien mieux ici, car sur notre chemin, plutôt que de rester sur place à nous vider de notre sang et à en mourir, nous trouvons souvent en chemin de quoi, quelqu’un, quelque chose pour nous panser. Et la vie continue !

La chanson a connu un véritable succès lors de sa sortie, et du coup, avec sa rythmique relativement unique, a inspiré quelques DJs et compositeurs comme il se fait beaucoup à l’époque avec des « Remixs » parfois très inspirés. C’est le cas de celui-ci, par Omni Trio, très Drums&Bass :

Oui celui-ci, très « Ridge Racer 4 » je dirais :

Philippe Dubois « Prez »

Les Madames Qui Chantent – Panzer Dragoon Saga Ending Theme, Saori Kobayashi

Voici un des plus beaux génériques de fin de jeu ever, celui du magnifique Panzer Dragoon Saga. La première fois que je l’ai entendu, en finissant le jeu, je n’en ai pas cru mes oreilles. Une telle beauté, une telle musicalité, un thème aussi fort que sensible ne pouvait pas me laisser indifférent. J’ai donc repris immédiatement ma sauvegarde pour re-finir le jeu, et pouvoir re-écouter ce morceau incroyable, en m’y consacrant à 100%.

Toutes les musiques du jeu dont ce splendide générique ont été composés par Saori Kobayashi, membre d’honneur de l’association MO5.COM:
http://mag.mo5.com/saori-kobayashi-honorary-member-of-mo5-com/

Azel, je t’aime 🙁

Si vous ne connaissez pas le jeu, un des meilleurs RPG du monde tout simplement et uniquement disponible sur Sega Saturn malheureusement du fait que tout le code et les assets du jeu ont été perdu, voici une bonne vidéo de gameplay de ce géant du jeu vidéo :

Evidemment et comme toujours, pour apprécier pleinement un jeu vidéo, il faut y jouer 😉

C’est un jeu vidéo mythique, et qui aura marqué au plus profond de leur âme tous ses joueurs, il n’y a qu’à lire les commentaires sur ces deux vidéo pour vous en rendre compte. Certains en pleuraient en re-écoutant le générique de fin, un moment à la fois d’une telle beauté, d’une telle force et d’une telle tristesse aussi, puisqu’il signifiait que le jeu était fini et que le monde d’Azel allait se refermer pour le joueur. Magnifique !!

Philippe Dubois « Prez »

DemoArt – Second Reality, Future Crew, 1993

C’est probablement la plus ancienne Démo PC que vous trouverez dans ces pages. D’une part parce qu’elle est responsable, de l’avis de beaucoup, du véritable lancement de la DemoScene PC, et d’autre part qu’en tant qu’amateur de ces œuvres, je ne fus équipé d’un PC capable de les faire tourner qu’à partir de 1992.

Car avant Second Reality, la DemoScene était presque exclusivement sous le joug des puissants micro-ordinateurs réputés depuis toujours pour leurs qualités audio-vidéo, et l’on parle ici bien entendu des Commodore 64, des Atari ST et surtout, de la gamme Amiga, alors au firmament avec des productions comme avec la démo Arte de Nooon ou 9-Fingers. Mais cela allait changer radicalement avec l’arrivée de cette démo Second Reality de Future Crew, dont je vous laisse juger de la qualité des effets, de la narration et de l’excellentissime musique pour 1993 :

Lancement avec DosBox :

Si vous voulez exécuter la Démo dans son format d’origine MSDOS sur votre PC moderne, je vous ai concocté avec amour une petite archive avec l’émulateur DOSBOX et les fichiers de la démo. Il suffit de dézipper l’archive dans C:\DOSBOX, et de lancer start.bat et zou ! Comme en 1993 !!

https://www.jegeek.net/telechargements/demos/DOSBOX_SECOND.zip

Un avis éclairé :

En effet avant 1993, le PC avait très mauvaise réputation dans le monde de la DemoScene, et pour cause ! Pauvrement équipé en périphériques multimédia, avec des cartes vidéo immondes en CGA 4 couleurs voir même EGA comparativement aux micro-ordinateurs 16 bits de l’époque, et sans cartes sons. Quelle horreur. Etre DemoMaker sur PC en 1990, c’était la loose, la honte.

Mais le PC avait la côte depuis 1990 auprès du grand public, et allait très vite rattraper son retard technologique. Les premières cartes VGA sortent 1990, et affichent 320×200 en 256 couleurs parmi 16 millions, surpassants allègrement les capacités graphiques de nos Amiga et surtout Atari ST. Et puis des premières cartes son Adlib, Tandy ou Disney arrivent presque simultanément la première SoundBlaster avec de bonnes caractéristiques, et surtout une carte son qui allait changer radicalement la donne : la Gravis Ultrasound, ou GUS pour les intimes (
https://en.wikipedia.org/wiki/Gravis_Ultrasound ), en 1992. Cette carte son fonctionne sur la base de samples audio, comme le PAULA de l’Amiga, mais dispose de jusqu’à 1 Mo de RAM et peut sortir 32 voies simultanées en stéréo 16 bits, là où l’Amiga en dispose de 4 en 8 bits.

Autant dire que la différence était gigantesque et complètement à l’avantage du PC équipé de cette carte. Dès lors, la DemoScene PC en attente de composants de telle qualité s’en empare, et ici commence réellement la production d’œuvres de très grande qualité, utilisant du coup à bon escient la puissance des CPUs, la mémoire vive importante, les supports de mémoire de masse, les cartes sons de qualité et les cartes vidéo VGA. A quelques rares exceptions près dès 1995, les plus belles démos naissent de plus en plus souvent sur PC, un mouvement qui ne va pas se tarir de si tôt.

Cette Démo est devenue tellement un standard de qualité à sa sortie que pendant des années, les coders sur d’autres machines vont tenter de la reproduire avec plus ou plus de succès, comme ici avec cet excellent portage sur C64 :

Bref, un succès immense, une aura incroyable. Bienvenue dans la Seconde Réalité de la Démo PC.

Philippe Dubois « Prez »

DemoArt – FR-035 Deleted Scenes, Farbrausch, 2004

Il va m’être un peu plus difficile que d’accoutumée de parler de cette Démo, très particulière, de chez nos amis Farbrausch. Car c’est une Démo romantique, oui, vous avez bien lu ! Elle divulgue timidement une intrigue amoureuse dont la fin s’annonce tragique malheureusement, le tout dans une narration très appuyée basée sur des événements, on peut le voir ainsi, marqués dans la vie de ses géniteurs. Mais je vous laisse la découvrir et vous faire un avis !

Comme toujours et pour on l’espère l’éternité, vous pouvez récupérer cette Démo chez Pouet.net : http://www.pouet.net/prod.php?which=12071

PS : Cette Démo fonctionne toujours parfaitement sur les ordinateurs modernes même équipés de Windows 10 !

Un avis éclairé :

C’est définitivement pour moi une oeuvre phare de Farbrausch, malgré sa technique finalement peu enthousiasmante par moment, car au delà de sa genèse par l’éditeur procédural de Farbrausch ( werkzeug ), c’est sûrement la seule à laisser s’exprimer les sentiments amoureux de Visualice ou d’un de ses compères. Personnellement toujours, cette Démo m’a beaucoup marquée, car elle est réellement ce que doit représenter une oeuvre d’art pour ceux et celles qui l’observe : elle doit générer émotion et familiarité avec des scènes passées, effacées de nos vies à nous, comme un reflet déformé qui nous ramène à nos réflexions, à notre histoire et nos propres sentiments. C’est cela, l’Art.

La Démo débute sur une scène qui peut représenter les débuts de la vie de son auteur, ce qui pourrait être vu comme une ovule dans le ventre de sa mère, avec le mystère et la dynamique que cela suscite. L’œil de l’intéressé s’ouvre à la vie et découvre son environnement dont le visage de sa mère, alors que s’affiche le titre de la FR-035. L’arbre de sa vie apparaît alors, puisque l’auteur évolue et quitte le monde de l’enfance, et à la racine duquel un cercueil ou une boite pourrait renfermer son enfance justement pour signifier le passage à l’âge adulte. Et déjà pleuvent des cœurs signifiants que l’amour est finalement plus important que tout pour grandir. L’auteur lève alors les yeux au ciel pour interroger la source de cet amour et mieux le cerner.

Et là, apparaît enfin LA fille, que l’auteur rencontre en boite de nuit, qui accapare immédiatement son attention, sous le feu des projecteurs. Cette vision, cette rencontre fortuite dont il ne va garder qu’un souvenir et une épreuve photographique va le marquer profondément, de sorte que reprenant son train train quotidien dans la grande ville où il officie, l’auteur ne va avoir de sorte que de la chercher sans dessus dessous – et de la voir – partout. Mais sans la retrouver.

Alors qu’il se rattache à son souvenir, las de ces pérégrinations dans les espaces confinés de la ville qui ne le satisfont pas, l’auteur va pousser au sacrilège : il va tâcher de reconstruire son amour perdu avec les moyens techniques dont il dispose, depuis la simple photographie de sa silhouette, avec laquelle et grâce à des algorithmes de reconstruction 3D datant de la même époque que la Démo, il va en créer un avatar 3D.

Hélas, cette reconstruction artificielle de l’être désiré ne vaut pas grand chose, même poussée sur le piédestal de son amour, surtout en comparaison du modèle originel, et il s’imagine à quel point elle aurait été blessée d’apprendre sa démarche, déçue par son approche synthétique. Tout l’espoir de notre auteur s’écroule, il contemple alors défait sa création imparfaite et doit finalement se résoudre à comprendre que tous les moments qu’il aurait aimé vivre avec elle ont été effacés du temps – Deleted Scenes.

Philippe Dubois « Prez »

J’ai acheté un FIFA…

FIFA est une série de jeux vidéo ayant pour sujet la balle au pied jouée par des divas du théâtre de gare.

Cette série est la quatrième la plus vendue au monde, derrière les Marios moisis, Les aventures de Pikachu et Grosse Turlutte Anale.
Cette série, apparue il y a bien longtemps sur des machines de qualité (comme la Megadrive) arrive à vider les portes monnaies de personnes au sous QI grâce à des éditions annuelles n'apportant au final que peu de choses.

A droite, une image permettant de bien comprendre la différence entre les humains, les hommes préhistoriques et les joueurs de FIFA.

Notons que cette série a tellement de passionnés que l'association MO5.com réfléchit très sérieusement à utiliser les boites pour faire les murs de son musée (les toits seront faits de CD AOL et FREE).

cerveau fifa

Mais... Je m'éloigne du sujet.

Les américains sont réputés pour leurs jaquettes absolument affreuses et sans rapport avec les jeux. (ci dessous, le trop fameux Megaman)

Et bien je dois dire que j'ai un peu honte...

J'ai acheté il y a quelques temps un FIFA !!! Sur PlayStation 2 !!! Et Japonais en plus !!!

Bon, je n'ai jamais mis la galette dans ma console (il ne faut quand même pas exagérer), mais je dois avouer que le charme de cette jaquette moche à la japonaise m'a convaincu. Et puis à 1€ sur ebay, je vais survire.

fifa ps2

DemoArt – Dope, Complex, 1995

Voici une des plus vieilles démos PC que nous vous présenterons. 1995 ! Autant dire que Windows, DirectX, la 3D tout ça c’était pas encore ça pour l’époque. Du coup, DOPE fonctionne sur ce bon MS-DOS dont on va une nouvelle fois extirper les tripes pour nous afficher cette magnifique démo ! Point de carte accélératrice, la 3D tout à la main (ou plutôt au CPU) avec une grande utilisation du Phong et du Gouraud grâce à Jmagic, magicien du code de l’époque, le tout bercé par une musique très pop et très prisée. Un bon ride dans l’histoire de la Démo PC !

Comme toujours et irrémédiablement, rendez-vous chez Pouet.net pour récupérer ou voir cette démo magnifique :
http://www.pouet.net/prod.php?which=37

Lancement avec DosBox :

Si vous voulez exécuter la Démo dans son format d’origine MSDOS sur votre PC moderne, je vous ai concocté avec amour une petite archive avec l’émulateur DOSBOX et les fichiers de la démo. Il suffit de dézipper l’archive dans C:\DOSBOX, et de lancer start.bat et zou ! Comme en 1995 !!

https://www.jegeek.net/telechargements/demos/DOSBOX_DOPE.zip

Un avis éclairé :

J’adore cette démo, sommes toute assez lente, à la fois pour sa musique très pop pour l’époque, mais surtout car elle représente le début d’une transition depuis la Démo classique dite « technologique » à une Démo déjà plus artistique, posée, réfléchie, même si cet aspect reste à peine effleuré encore. Bien sûr, les « World Record » et « 7800 polygones dans ta face » sont présents, mais finalement ce n’est pas tant ce qui marque dans DOPE. C’est la narration, l’enchaînement des effets, le coté spectacle, et ce qui fait que quelque part, DOPE est pour moi une suite symbolique de la sacro-sainte Second Reality – excusez du peu !

Philippe Dubois « Prez »

small bite

La taille compte-t-elle vraiment ?

Un bien vaste sujet que voila. Parfois oui, parfois non. Tout dépend du comment, du quoi, du où, du qui...

Pour Lenovo, il faut croire que non. Certains connaissent peut-être la gamme Tiny, faite de petits ordinateurs.
Lors de sa dernière campagne de pub destinée aux entreprises, de nombreux DSI et acheteurs IT ont reçu une petite boite contenant une loupe et un message "Petite taille ne veut pas forcément dire compromis"

Les questions se bousculent. Les DSI ont des petites bites et Lenovo le sait et cherche à les rassurer ? Si une gamme Fatty sort un jour, la boite contiendra de délicates grosses boules douces et soyeuses ? Grande taille veut dire compromis ? J'ai l'esprit tordu et Lenovo veut simplement dire que les Tiny sont de petits ordinateurs ?

Je vous laisse juger (et pour la geekaille en couple, je laisse le jugement à l'autre) :

Tiny Lenovo

DemoArt – FR-08: .the .product, Farbrausch, 2000

Il y aura eut un avant et un après la FR-08, une Démo en 64Ko mythique dans la demoscene PC.

En effet, suivant l’envolée de la puissance de calcul des PCs, le calcul procédural dans le monde de la Demoscene arrive à la fin des années 90/début années 2000 d’abord timidement : D’abord quelques calculs de textures ou d’objets, ensuite de quelques sons. Puis vint la FR-08, la première grande production de Farbrausch, un des groupes les plus talentueux ever de Démos PC. Ici, tout est calculé par votre PC : Les textures, les samples de musique, les scènes 3D. Ce qui, remis au ratio d’ailleurs donné dans la Démo, nous fait grimper à un taux de compression de 30.000:1. Pas mal non ?

La démo se récupère ou se visionne depuis chez Pouet.net bien entendu :
http://www.pouet.net/prod.php?which=1221

PS: Elle fonctionne toujours bien bien sur tous les PCs même récents et sous Windows 10, à part d’éventuels petits problèmes de textures.

Un avis éclairé :

C’est une vraie bombe qui est sortie en 2000 à The Party 2000 dans la section des Démos PC 64K. Je n’y étais malheureusement pas, mais je peux imaginer la stupéfaction dans les yeux de tous les demomakers présents lorsque a été projeté la première fois cette petite 64K de Farbrausch. Sans nul doute, ils ont du penser comme moi qu’un grand pas venait d’être franchi dans la génération procédurale de l’univers des Démos, et que plus jamais, la Demoscene PC ne ressemblerait à ce qu’elle était avant. C’est une oeuvre majeure de la demoscene, le renouveau artistique et mathématique, scientifique même de ce milieu ! C’est énorme !

Philippe Dubois « Prez »

stadia

Google et la stevia. Le plaisir sucré miracle ?

C'est hier soir, sur un Samsung Galaxy Notes 28, que Google a annoncé une nouvelle console de jeu. Le Chiera. Euh, la Stevia. Non, la Stadia !

stadia

Bon, en fait, ce n'est pas une console. C'est juste Netflix, mais pour les jeux vidéo. Une innovation existant depuis longtemps et également connue sous le nom de "jeu en streaming"

Cependant, il y aura une manette spéciale caca.

stadia

Versions blanche ou noire, certaines minorités pourront accuser Google de racisme.

Mais le plus chouette restait le délire gosse quéquette. Plus puissant que la Xbox One X ou la PS4 Pro. Capable de faire tourner des jeux en 8K.

stadia

Le tout dans une salle motivée comme une enfant allant chez le dentiste.

Au final, que reste t'il ? Un truc qui existe déjà, la fin du matérialisé (fini la bibliothèque pleine de boites) et un besoin de passer à la 5G pour smartphone ou à la fibre 10 gigas chez Free. Pour le prix, on sait pas. Pour les jeux, on sait pas trop (il y a quand même Assassins Creed...)

Bref, grosse caisse, mini bite. Il faut voir, mais il y a déjà de nombreuses personnes déçues...

stadia

PatéTest: La Retro TV Games

Et oui, car dans la vie, on ne peut pas tester que du bon, sans quoi nous n’en serions plus objectifs et critiques, et perdrions le goût des bonnes choses. Et ce serait triste pas vrai ?

Alors, je me lance et je vais tester pour vous cette mer….console Retro TV Games. Bardée d’un si aguichant emballage pour les vieux Retrogamer comme moi, vantant les mérites de milliers d’heures sur 200 jeux crads façon 8 bits, votre serviteur a craqué pour cette daube dans un magasin Pearl pour environ 20 euros. Je sais, j’ai honte. Laissez-moi tranquille. D’ailleurs, pour me faire pardonner, je prends le challenge suivant : ne pas dire que c’est de la merde, mais du pâté. Essayons.

Du coup nous inaugurons une nouvelle effigie pour tester les bons pâtés que nous réservent les asiatiques, avec un bon produit bien d’chez nous, non mais.

La mer…Retro TV Games est donc une console sous la forme d’une manette toute petite, avec à l’intérieur près de 200 jeux. Inutile de chercher le dernier Call Of Duty vous vous en doutez (enfin j’espère), il faudra se contenter de jeux type 8 bits très simples, et pour cause : je pense que la machine est un clone de Nintendo Famicom ! Mais sans le port cartouche évidemment. Dommage même.

Désolé pour la déchirure de l’étiquette, j’aurais voulu garder cette me.. boite de console intacte mais impossible avec leur système antivol à la con. Mais qui volerait une pareille daube sérieusement ?

D’ailleurs les écrans derrière la boite de la mer…console affichent bien la couleur ! Enfin justement, pas beaucoup de couleurs. Des jeux type Famicom ou NES donc, et dont les graphismes nous semblent familiers.

Voici tout le contenu de cette boite. Mais je n’explique pas ce sticker de pouce en l’air (voir en le tournant vers le bas, pourquoi pas). Qui peut être assez con pour l’afficher fièrement ? Ah, oui, c’est la marque ! Et ben dis donc..
La mer… console est donc intégrée dans la manette, et le tout est minuscule ! Et ce manche ridicule, ceux qui ont des trop grosses mains ne pourront même pas s’en servir.

Comme je le disais, la manette/mer…/console est minuscule ! Votre doigt seul fait déjà plus de la moitié du boitier. Alors, déjà, la question de la maniabilité de la bête pose question, mais ça, je réserve le meilleur pour la fin de l’article, bien sûr 😉

Le manuel d’explication. Bon, si vous êtres pas trop cons, ça va le faire. Foutez des piles, branchez la mer…console à la télé et allumez ! Pfff.

Mais assez tourné autour du pot de mer…, le test vidéo !

ATTENTION : CETTE VIDÉO EST DANGEREUSE ET CONTIENT DU PÂTÉ, PLEIN. ELLE PEUT DONNER ENVIE D’ARRÊTER LES JEUX VIDÉO, VOUS ETES PRÉVENUS.

Comme votre œil expert l’aura remarqué, ce sont en fait que des copies de jeux existants ou plus ou moins connus, comme ce clone dégueulasse sans décors de fond de Alpha Mission par exemple ! On change un peu les sprites, les décors, on fout une musique dégueux et tout le monde n’y verra que du feu. Tu parles. Bien sûr qu’on voit immédiatement que c’est tout pourri, ils sont fous les mecs qui ont fait ça et nous prennent vraiment pour des cons ! Certains « jeux » sont juste un décor hyper répétitif sans fin, sans but, sans intérêt, avec des ennemis ou des trucs qui bougent un peu toujours de la même façon. C’est une honte !

Alors, arrêtons là le calvaire. Qu’est ce que je pourrais vous dire en terme de conclusion ? Ben, que c’est du pâté, du gros, gros pâté, et qu’il vaut mieux pas que vous achetiez cette MERDE bien sûr ! (oops, j’lai dit, j’ai perdu).

Philippe Dubois « Prez »